L’humour d’Olivia était perçant. “Le seul moment où je parviens à vous voir, vous les jeunes ingénieurs intelligents, c’est lorsque vous voulez apprendre quelque chose”, dit la directrice des opérations en riant. “Maintenant, au lieu de venir voir comment les choses fonctionnent dans l’usine même, on se parle à travers des écrans d’ordinateur.”

“Merci de nous rencontrer lors de cet appel vidéo”, dit Éric poliment. Il présenta Jenny-Lynn d’Elasto Proxy et expliqua comment JL l’aidait à réparer les joints de porte qui coulaient, sur les nouveaux tracteurs de l’entreprise. Il décrit aussi sa visite à Patrick et tout ce qu’il avait appris sur les coûts réels et les déchets de fabrication.

“Patrick est toujours si gentil !” plaisanta Olivia. Puis elle plissa les yeux. En tant que première femme directrice des opérations de l’entreprise d’équipement agricole, elle avait fait face à sa part de douteurs. Qu’est-ce qui vous fait penser que nous gaspillons quelque chose ici?” demanda-t-elle d’un ton sévère. Puis elle sourit et montra un joint fini du fournisseur actuel de la compagnie. Comme toujours elle était venue bien préparée.

“Ces joints sont difficiles à installer et nous en avons remplacés un bon nombre” admit la directrice des opérations. “Je ne sais pas ce qui leur fait défaut, mais ils ne sont qu’un produit de base, même si nous risquons d’avoir à publier un bulletin de service là-dessus. J’aimerais bien comprendre la cause profonde de ce problème, mais nous parlons ici d’un joint de 10,00 $ sur un tracteur de 100,000 $ après tout.”

Lorsqu’Olivia rapprochait le joint de sa caméra vidéo, Jenny-Lynn pouvait voir qu’il y avait trop de colle dans les coins du joint. La fournisseure de solutions d’Elasto Proxy expliqua que cela rendait les joints plus durs et plus difficiles à comprimer. Mais cela n’était pas le seul problème pour autant.

“Lorsqu’Elasto Proxy a regardé les dessins d’Éric”, dit JL, “nous avons remarqué que les joints sont trop longs. Cela exerce une pression excessive sur les charnières et rend les portes difficiles à fermer. Au fil du temps, le caoutchouc est écrasé et ne rebondit pas lorsque la porte est ouverte. C’est ce qu’on appelle une compression rémanente.” 

Olivia hocha la tête. “C’est logique”, dit-elle, “mais c’est un problème pour le département de l’ingénierie, pas pour celui des opérations. Ici, sur la chaîne de montage, nous avons trouvé une solution de contournement. Nous installons des cales. Maintenant il y a moins de retouches à faire”. Elle croisa les bras et sourit fièrement.

“Olivia,” Jenny-Lynn demanda posément, “quel pourcentage des joints de porte devez-vous encore retravailler par après?”

“À peu près 40 pourcent je dirais,” dit Olivia. “Mais quel est le problème? C’est juste un joint de 10,00 $. Ce n’est pas comme si c’était un moteur diesel ou quoi que ce soit.”

“Éric me dit que vos installateurs travaillent cinq jours par semaine”, JL continua. “Avec un taux de reprise de 40% c’est comme leur demander de refaire tout leur travail fait les lundis et mardis. Le prix que vous payez pour votre joint actuel n’est que de 10,00 $, mais ce ne sont pas vos coûts réels.”

“Où veux-tu t’en aller avec ça?” demanda Olivia avec impatience. “Je ne veux pas voir nos travailleurs perdre leur temps, mais je sais que nous fabriquons 10 tracteurs par jour. Si nous retravaillons tous les joints de porte sur une période de deux jours, il ne s’agit que de 20 joints. Et 200,00 $ n’est qu’un montant infime dans un bilan.”

“D’accord,” dit JL, “mais, laisse-moi te poser une autre question. Combien de temps faut-il pour installer et retirer un joint?”

“Cela je ne pourrais pas te dire,” Olivia répondit. “Nous ne nous en faisons pas de soucis. Ce n’est pas comme si c’était une opération de soudage. C’est là que les choses coûtent cher – et les bons soudeurs sont difficiles à trouver.” 

“Évidemment,” Jenny-Lynn acquiesça. “Quel est le taux de travail entièrement chargé pour un soudeur de nos jours?” continua-t-elle. “Si vous additionnez le taux horaire avec leurs avantages je parie que c’est assez cher.”

“Pas vrai !” répondit  Olivia. “Nos soudeurs ont un taux entièrement chargé de 100,00 $/heure. Nous en avons pour notre argent. Quand ils ne soudent pas ils font des choses comme installer des joints.”

JL sourit. “On dirait que t’es prête à lancer la rondelle dans la zone gagnante en ce qui concerne les coûts reels,” dit-elle.

Leave a Reply

Fermer le menu